Quels sont les métiers de demain ?

Quels sont les métiers de demain ?

  • La moitié des métiers que nous connaissons aujourd'hui n’existera plus d’ici 25 ans, tandis que d’autres ne cessent de gagner en importance
  • Les données sont le nouvel « or noir », c’est pourquoi toutes les entreprises cherchent aujourd'hui à engager des scientifiques, architectes et ingénieurs de données et se retrouvent ainsi confrontées à un défi de taille : la chasse aux talents

Les innovations technologiques ont fortement ébranlé le monde du travail. Selon un rapport de l’université d’Oxford, 47 % des métiers que nous connaissons à l’heure actuelle auront disparu d’ici 25 ans. En parallèle, de nouveaux débouchés verront le jour. La numérisation définit le rythme d’aujourd'hui et de demain en imposant de nouveaux profils professionnels devenus essentiels aux yeux des entreprises pour pouvoir relever les défis de l’ère numérique et de l’industrie 4.0. Voici les profils les plus recherchés.

Scientifique des données. Le scientifique des données est qualifié de « magicien » en raison de sa capacité à prédire les choses avant qu’elles ne se produisent. Pourtant, il ne s’agit pas de magie, mais bien de science. Il analyse des montagnes de données afin d’en extraire des connaissances pour fournir ainsi des réponses aux questions qui se posent et aiguiller la direction de l’entreprise dans sa prise de décision. Détenteur d’un doctorat en physique, Diego Villuendas est à la tête de l'équipe en charge de l’analyse des données, qui se compose désormais de 8 personnes. « Nous surveillons les plates-formes numériques afin de comprendre de quelle façon elles sont utilisées et voir si elles répondent aux besoins de nos plus de 5 millions d’utilisateurs uniques chaque mois. Nous procédons également à des tests afin de confirmer les scénarios d’amélioration. »

Architecte de données et ingénieur de données. Afin de collecter des données de façon efficace, il est important de savoir où aller les chercher. Les outils techniques d’extraction, de transfert et de stockage des données n’ont aucun secret pour les architectes et ingénieurs de données. « Avec la masse de données dont elles disposent, les entreprises ont le potentiel pour développer leur activité. C’est pourquoi toutes les grandes entreprises comptent dans leurs rangs des ingénieurs de données capables de traiter ces informations », ajoute D. Villuendas.

Traducteur spécialisé. Il s’agit de la personne qui communique les questions nécessitant une réponse au scientifique des données afin d’optimiser l’efficacité opérationnelle et les recettes de l’entreprise. Selon l'opinion publique, les données sont le nouvel « or noir », mais comme Diego Villuendas le fait remarquer, « encore faut-il savoir où aller chercher cet or noir, comment l’extraire, le traiter et le vendre, avec tout ce que cela implique. »

Coach agile. Face aux changements constants, les entreprises doivent maximiser leur flexibilité et leur capacité à s’adapter dans tous les départements. Le coach agile étudie la façon dont chaque groupe travaille et aide à mettre en place des mesures correctives et d’amélioration.

Experts en matière d’expérience client. Leur fonction est de définir et de concevoir les sensations et expériences auxquelles les utilisateurs sont confrontés lorsqu’ils sont en contact avec une marque, un produit ou un service. Pour David Redondo, responsable de la conception de l’expérience client (UX Design) chez SEAT, « cela implique non seulement de penser comme les utilisateurs, mais aussi de les impliquer dans la conception et le développement des produits et services qui leur sont destinés. Fini le temps où les besoins étaient dictés par des articles déjà produits. Aujourd'hui, les marques et les clients travaillent en étroite collaboration dans un processus d’amélioration continue. » Ces experts jouent un rôle essentiel à plusieurs niveaux chez SEAT. Dans la conception, par exemple, pour que l’intérieur des voitures réponde aux attentes des acheteurs potentiels. Dans la vente, ils ne s’intéressent pas seulement à l’expérience de conduite, mais à l’expérience complète, qui commence dès la visite chez le concessionnaire et inclut les médias sociaux ainsi que le service après-vente.

Développeur d’applications de réalité virtuelle. Le secteur de l’industrie se tourne de plus en plus vers la réalité virtuelle pour innover dans ses processus. Ces développeurs jouent un rôle très important chez SEAT dans l’étape de développement d'un nouveau véhicule, car la réalité virtuelle diminue de 30 % le temps de production des prototypes. Les concepteurs y ont recours pour analyser les aspects créatifs et fonctionnels, ce qui garantit une viabilité de 90 % pour chaque projet à un stade très précoce. 95 000 simulations 3D ont par exemple été réalisées pour la nouvelle SEAT Ibiza.

Développeurs de logiciels. Il s’agit de programmateurs qui conçoivent, développent et mettent en œuvre des systèmes logiciels. « Un véhicule électrique possède 100 millions de lignes de code, soit plus qu’un avion de chasse de type F35. Nous allons avoir besoin d’un grand nombre de développeurs de logiciels, c’est pourquoi nous devons aider nos employés à se réinventer », explique Luca de Meo, président de SEAT. Ce n’est pas une simple chasse aux talents. Les entreprises doivent également tout mettre en œuvre pour garder les talents qui travaillent actuellement pour elles en leur fournissant les outils nécessaires afin qu'ils puissent s’adapter aux changements constants. En 2018, SEAT a investi 23 millions d’euros dans des programmes de formation et entend augmenter davantage cet investissement dans les années à venir.

Trouver les meilleures recrues : un véritable défi pour les entreprises

En raison de la numérisation, les entreprises, tous secteurs confondus, se livrent à une rude compétition à la recherche des mêmes profils professionnels. Oliwia Puppel, responsable du recrutement de talents chez SEAT, explique que les règles de base ont changé dans ce contexte. « Il y a quelques années, les entreprises publiaient une offre d’emploi et sélectionnaient un candidat sur une liste, mais aujourd'hui, nous devons aller chercher directement les meilleures recrues et leur faire une proposition attrayante pour les convaincre de rejoindre nos rangs », explique Oliwia.

SEAT est actuellement à la recherche de 200 professionnels pour son processus de numérisation et son nouveau centre de développement de logiciels. Différents profils numériques mais avec un dénominateur commun, car « la technologie évolue si vite qu’un profil fortement recherché aujourd’hui pourrait très bien être moins intéressant demain. C’est pourquoi nous cherchons surtout des esprits avant-gardistes, des personnes qui remettent en question le statu quo et n’ont pas peur de se tromper, qui sont capables d’apprendre de leurs erreurs, qui sont créatives et qui ont l’esprit d'équipe », explique la responsable du recrutement de talents.

Contactez-nous
Dirk Steyvers PR & Content Manager SEAT & CUPRA, s.a. D'Ieteren n.v.
Dirk Steyvers PR & Content Manager SEAT & CUPRA, s.a. D'Ieteren n.v.
A propos de SEAT

Press room SEAT Import (Belgique) réservée à l'usage des journalistes.

Copyright: textes et photos libres de droits pour utilisation rédactionnelle - Toute autre utilisation des textes et des photos n'est pas autorisée

SEAT

SEAT est la seule entreprise qui crée, développe, produit et commercialise des voitures en Espagne. Marque du Groupe Volkswagen, la multinationale, dont le siège social se trouve à Martorell (Barcelone), exporte plus de 80 % de ses véhicules vers plus de 80 pays situés sur les 5 continents. En 2018, SEAT a affiché un bénéfice après impôts de 294 millions d’euros, a vendu 517 600 voitures et a enregistré un chiffre d’affaires record de presque 10 milliards d’euros.

Le Groupe SEAT emploie plus de 15 000 personnes dans ses trois centres de production de Barcelone, El Prat de Llobregat et Martorell, où il produit notamment les très prisées Ibiza, Arona et Leon. Par ailleurs, SEAT construit l'Ateca en République tchèque, le Tarraco en Allemagne, l’Alhambra au Portugal et très bientôt la Mii electric en Slovaquie.


D'Ieteren s.a. 

Fondé en 1805, le groupe D’Ieteren vise, à travers plusieurs générations familiales, la croissance et la création de valeur en poursuivant une stratégie à long terme pour ses activités et en soutenant leur développement en tant que leader de leur secteur ou dans leurs géographies. Le groupe possède actuellement trois activités articulées autour de marques fortes:

D’Ieteren Auto distribue en Belgique les véhicules des marques Volkswagen, Audi, SEAT, Škoda, Bentley, Lamborghini, Bugatti, Porsche et Yamaha. Il est le premier distributeur de voitures en Belgique avec une part de marché d’environ 21% et 1,2 million de véhicules en circulation. Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ajusté ont atteint respectivement 3,4 milliards d’euros et 113,0 millions d’euros en 2018.

- Belron (détenu à 54,10 %) a un objectif clair : « faire la différence en s’impliquant avec un soin réel dans la résolution des problèmes des clients ». Leader mondial dans le domaine de la réparation et du remplacement de vitrage de véhicules, Belron opère dans 35 pays par l'intermédiaire d'entreprises détenues à 100 % et de franchises, avec des marques numéro un sur le marché – notamment Carglass®, Safelite® et Autoglass®. De plus, l'entreprise gère les demandes d’indemnisation concernant les vitres de véhicules et autres pour le compte des clients des assurances. Elle a également étendu ses services aux marchés de la réparation et du remplacement automobiles et en cas de dommage immobilier. Le chiffre d'affaires et le résultat opérationnel ajusté ont atteint respectivement 3,8 milliards EUR et 225,7 millions EUR en 2018.

- Moleskine (détenu à 100%) est une marque aspirationnelle invitant à l’exploration et l’expression d’un style de vie, qui regroupe toute une famille d'objets iconiques tels que le légendaire carnet Moleskine et des accessoires d’écriture, de voyage et de lecture, à travers une stratégie de distribution multicanal dans plus de 115 pays. Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ont atteint respectivement 174,1 millions d’euros et 28,6 millions d’euros en 2018.

Information relative aux données personnelles et à leurs traitements:  www.dieteren.be/fr/privacypolicy