Les clignotants, souvent mal ou pas utilisés

Les clignotants, souvent mal ou pas utilisés

  • Près de 70 % des conducteurs utilisent leurs clignotants de manière incorrecte
  • Ne pas utiliser le clignotant lors d'un dépassement, en quittant un rond-point ou une place de parking sont les erreurs les plus courantes
  • Les innovations technologiques telles que les feux LED dynamiques améliorent la visibilité et la sécurité 

À l'intérieur, il est possible d’entendre quand ils sont utilisés et, bien qu'ils soient allumés quelque 220 000 fois au cours de la durée de vie d'une voiture, les clignotants sont trop souvent oubliés. Selon une étude réalisée par l'Albertis Global Observatory dans plusieurs pays, 44 % des conducteurs n'utilisent pas leurs clignotants lorsqu'ils doublent ou changent de voie. Magnolia Paredes, responsable du développement électronique, de l'éclairage et des essais chez SEAT, indique que « les clignotants sont essentiels, car ils permettent de faire connaître nos intentions aux autres usagers de la route ». Voici cinq conseils pour utiliser correctement les clignotants.

Toujours commencer par les clignotants. Avant de commencer une manœuvre, il faut vérifier dans les rétroviseurs s’il est possible d’effectuer cette manœuvre en toute sécurité ! Si tel est le cas, il faut indiquer ses intentions suffisamment tôt pour que les autres usagers de la route puissent y réagir. Utiliser le clignotant trop longtemps à l'avance doit être évité, car cela pourrait prêter à confusion.

Mettre son clignotant ne donne pas la priorité. Lors d’un changement de voie ou à une intersection, le clignotant indique l'intention du conducteur, mais il ne donne en aucun cas la priorité. Au contraire, selon le code de la route, le conducteur qui veut effectuer une manœuvre doit céder le passage aux autres usagers de la route.

Ne pas utiliser le clignotant pendant toute la durée de la manœuvre. Indiquer son changement de direction est une chose, mais il convient d'éteindre les clignotants dès que le changement de direction a été effectué.

Le rond-point : un cas particulier. Selon le code de la route, entrer dans un rond-point est un changement de direction qui ne doit pas être indiqué. Cependant, à la sortie d'un rond-point, l'utilisation des clignotants est obligatoire.

Feux de détresse (quatre clignotants). L'utilisation simultanée des quatre clignotants n'est autorisée que pour signaler aux autres usagers de la route un risque d'accident imminent. Par exemple, si le conducteur est arrêté en queue d'embouteillage. L'utilisation est également autorisée en cas de panne d'un véhicule ou de perte de chargement sur la voie publique.

Des flèches de pare-chocs aux feux LED

Florence Lawrence, largement reconnue comme la toute première star du cinéma (films muets), a inventé le clignotant en 1914. Passionnée d'automobile, elle modifiait et améliorait ses propres voitures, par exemple en installant un clignotant pivotant sur le pare-chocs arrière, indiquant la direction souhaitée via une pression sur un bouton.

Un siècle plus tard, l’industrie automobile fait appel à la technologie LED « qui est efficace sur le plan énergétique et dure toute la vie de la voiture », explique Magnolia. « En outre, les LED offrent une plus grande liberté de mouvement en termes de conception et elles peuvent facilement être intégrées aux clignotants des rétroviseurs extérieurs. »

L'utilisation des LED a également permis la création des clignotants dynamiques qui s'allument progressivement en direction de l'extérieur de la voiture. Ceux-ci sont de série sur la nouvelle SEAT Leon dans les niveaux de finition Xcellence et FR. Enfin, l'éclairage full LED de la SEAT Leon fournit 900 lumens, utilisant 11 diodes par phare et disposant du bandeau LED traversant, ainsi que des clignotants dynamiques.

SE20-58F - Turning signals (2p).pdf 516 KB SE20-58F - Turning signals.docx 46 KB
Dirk Steyvers PR & Content Manager SEAT & CUPRA, s.a. D'Ieteren n.v.
A propos de SEAT

Press room SEAT Import (Belgique) réservée à l'usage des journalistes.

Copyright: textes et photos libres de droits pour utilisation rédactionnelle - Toute autre utilisation des textes et des photos n'est pas autorisée

SEAT

SEAT est la seule entreprise qui conçoit, met au point, construit et commercialise des voitures en Espagne. Membre du Groupe Volkswagen, la multinationale a son siège social à Martorell (Barcelone), exporte 80 % de ses véhicules et est présente dans 80 pays sur les 5 continents. En 2019, SEAT a vendu 574 100 véhicules, soit le chiffre le plus élevé en 69 ans d’existence.

Le Groupe SEAT emploie plus de 15 000 professionnels et compte trois sites de production (Barcelone, El Prat de Llobregat et Martorell), où elle construit les très populaires Ibiza, Arona et Leon. En outre, l’entreprise fabrique l’Ateca en République tchèque, le Tarraco en Allemagne, l’Alhambra au Portugal et la Mii electric, le premier véhicule 100 % électrique de la marque, en Slovaquie.

La multinationale dispose d’un centre technique, qui fonctionne comme un centre de connaissances. Il regroupe 1 000 ingénieurs, qui sont en charge de l’innovation pour le plus grand investisseur industriel en R&D d’Espagne. SEAT propose déjà la technologie de connectivité la plus récente dans sa gamme de voitures et s’est engagée à poursuivre un processus de numérisation global afin de promouvoir la mobilité du futur.


D'Ieteren s.a. 

Fondé en 1805, le groupe D’Ieteren vise, à travers plusieurs générations familiales, la croissance et la création de valeur en poursuivant une stratégie à long terme pour ses activités et en soutenant leur développement en tant que leader de leur secteur ou dans leurs géographies. Le groupe possède actuellement les activités suivantes :

  • D'Ieteren Auto distribue en Belgique les véhicules de marques Volkswagen, Audi, SEAT, Škoda, Bentley, Lamborghini, Bugatti, Porsche et Yamaha. La société a une part de marché d’environ 22 % et 1,2 million de véhicules en circulation. Le modèle économique de D'Ieteren Auto est en train d'évoluer pour offrir des solutions de mobilité plus fluides, plus accessibles et plus durables afin d'améliorer la vie des citoyens au quotidien. Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ont atteint respectivement 3,6 milliards d’euros et 119,0 millions d’euros en 2019.
  • Belron (54,85% des droits de vote) a un objectif clair : « faire la différence en s’impliquant avec un soin réel dans la résolution des problèmes des clients ». Leader mondial dans le domaine de la réparation et du remplacement de vitrage de véhicules, Belron opère dans 39 pays par l'intermédiaire d'entreprises détenues à 100 % et de franchises, avec des marques numéro un sur le marché – notamment Carglass®, Safelite® et Autoglass®. De plus, l'entreprise gère les demandes d’indemnisation concernant les vitres de véhicules et autres pour le compte des assureurs. Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ajusté ont atteint respectivement 4,2 milliards d’euros et 400,5 millions d’euros en 2019.
  • Moleskine (détenu à 100%) est une marque aspirationnelle invitant à l’exploration et l’expression d’un style de vie, qui regroupe toute une famille d'objets iconiques tels que le légendaire carnet Moleskine et des accessoires d’écriture, de voyage et de lecture, à travers une stratégie de distribution multicanal dans plus de 100 pays. Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ajusté ont atteint respectivement 163,9 millions d’euros et 18,6 millions d’euros en 2019.
  • D’Ieteren Immo gère les intérêts immobiliers du groupe D’Ieteren en Belgique. Elle possède et gère quelque 30 biens immobiliers qui ont généré des revenus locatifs nets de 19,7 millions d’euros en 2019. Elle est également chargée de projets d'investissement et d'étudier la possibilité de rénover certains sites. 

Information relative aux données personnelles et à leurs traitements:  www.dieteren.be/fr/privacypolicy