Des pièces automobiles fabriquées à partir de balles de riz ? SEAT planche déjà sur le sujet

Des pièces automobiles fabriquées à partir de balles de riz ? SEAT planche déjà sur le sujet

  • SEAT lance un essai pilote pour produire des pièces à partir de balles de riz
  • Les prototypes sont des éléments de garnissage de la SEAT Leon, réalisés en Oryzite, un matériau renouvelable et durable
  • Ce projet d’économie circulaire sera présenté à l’occasion de l’événement Innovation Day les 28 et 29 octobre 

C’est l’aliment le plus populaire de la planète, la base de plats mondialement connus et maintenant... son enveloppe peut aussi faire partie intégrante d’une voiture. Lui, c’est le riz. Dans le cadre d’un projet pilote d’innovation basé sur l’économie circulaire, et dans le but de réduire son empreinte carbone, SEAT étudie l’utilisation de l’Oryzite comme substitut aux produits plastiques.

140 millions de tonnes à exploiter. Plus de 700 millions de tonnes de riz sont récoltées chaque année dans le monde. Vingt pour cent de cette quantité est constituée de balles de riz, soit environ 140 millions de tonnes, dont la majeure partie est jetée. « À la Montsià Rice Chamber, avec une production de 60 000 tonnes de riz par an, nous avons cherché une solution pour tirer profit de toute les balles qui étaient brûlées, quelque 12 000 tonnes, et nous les avons transformées en Oryzite, un matériau qui peut être mélangé à d'autres compositions thermoplastiques thermostables avant d'être moulé » détaille Iban Ganduxé, PDG d’Oryzite.

Renouvelable et durable. Cette nouvelle matière première est testée pour la composition d’éléments de garnissage dans la SEAT Leon. « Chez SEAT, nous travaillons sans cesse sur de nouveaux matériaux pour améliorer nos produits, et en ce sens, les balles de riz nous permettent de travailler sur la réduction des plastiques et des matériaux à base de pétrole », explique Joan Colet, ingénieur en développement des garnitures intérieures chez SEAT.

Plus de légèreté, moins de CO2. Les essais consistent à modéliser certaines parties de la voiture, telles que le hayon arrière, le double plancher de chargement du coffre ou le ciel de toit, avec des balles de riz mélangées à des polyuréthanes et des polypropylènes. À première vue, elles ne diffèrent en rien de celles réalisées au moyen de technologies conventionnelles, mais elles pèsent beaucoup moins lourd. « Les éléments sont plus légers, ce qui signifie que nous réduisons le poids de la voiture, et donc notre empreinte carbone », révèle J. Colet, ajoutant encore que « nous utilisons également un matériau renouvelable, ce qui favorise l’'économie circulaire et permet de fabriquer un produit plus écologique ».

L’avenir est vert. Les éléments de garniture sont actuellement analysés pour savoir quelle quantité de balles peut être utilisée afin que les exigences techniques et de qualité soient respectées à 100 %. Par exemple, la zone de chargement à deux niveaux du compartiment à bagages subit des essais de charge, dans lesquels elle doit supporter jusqu'à 100 kilos concentrés en un point, afin de vérifier sa rigidité et sa résistance. Des analyses thermiques sont également effectuées dans la chambre climatique pour étudier la résistance à la chaleur, au froid et à l’humidité. « Les exigences techniques et de qualité que nous imposons à chaque pièce sont identiques à celles que nous nous appliquons aujourd’hui. Tant que les prototypes que nous fabriquons répondent à ces exigences, nous approcherons toujours plus de leur production en série », explique l’ingénieur SEAT.

L’innovation au service de l’environnement. SEAT est fermement engagée à prendre soin de l’environnement et à atteindre les objectifs fixés par l’accord de Paris. Dans le cadre de sa stratégie de durabilité et de sa mission d’entreprise MOVEtoZERØ, la marque a pour ambition de minimiser l’incidence environnementale de tous les produits et solutions de mobilité tout au long de leur cycle de vie, depuis l’approvisionnement en matières premières jusqu’à leur fin de vie, en passant par leur production. Stefan Ilijevic, responsable de l’innovation chez SEAT, souligne que « la recherche trace la voie vers un avenir durable. Ce n’est qu’en investissant dans l’innovation que nous pourrons promouvoir de nouveaux projets et matériaux qui réduiront l’utilisation des plastiques sur la planète et contribueront à la protection de l’environnement à l'échelle mondiale ». Avec le projet pilote d’économie circulaire Oryzite, le constructeur automobile fait un pas de plus dans la recherche de nouveaux matériaux renouvelables pour réduire l’utilisation des plastiques dans ses futurs véhicules et atteindre une empreinte carbone neutre d’ici 2050.

SEAT Innovation Day. L’initiative pour l’utilisation de l’Oryzite est l’un des projets qui seront présentés lors de la deuxième édition du SEAT Innovation Day, qui se tiendra les 28 et 29 octobre. Il s’agit d'un événement mobilisateur visant à identifier et à encourager l’esprit d’innovation au sein du personnel de l’entreprise. Après le succès de la première édition, SEAT met en place cette année un format hybride qui combine à la fois activités et des sessions en ligne et sur site.

SE20-88F - Rice (3p).pdf 597 KB SE20-88F - Rice.docx 47 KB
Dirk Steyvers PR & Content Manager SEAT & CUPRA, s.a. D'Ieteren n.v.

 

A propos de SEAT

Press room SEAT Import (Belgique) réservée à l'usage des journalistes.

Copyright: textes et photos libres de droits pour utilisation rédactionnelle - Toute autre utilisation des textes et des photos n'est pas autorisée

SEAT

SEAT est la seule entreprise qui conçoit, met au point, construit et commercialise des voitures en Espagne. Membre du Groupe Volkswagen, la multinationale a son siège social à Martorell (Barcelone), exporte 80 % de ses véhicules et est présente dans 80 pays sur les 5 continents. En 2019, SEAT a vendu 574 100 véhicules, soit le chiffre le plus élevé en 69 ans d’existence.

Le Groupe SEAT emploie plus de 15 000 professionnels et compte trois sites de production (Barcelone, El Prat de Llobregat et Martorell), où elle construit les très populaires Ibiza, Arona et Leon. En outre, l’entreprise fabrique l’Ateca en République tchèque, le Tarraco en Allemagne, l’Alhambra au Portugal et la Mii electric, le premier véhicule 100 % électrique de la marque, en Slovaquie.

La multinationale dispose d’un centre technique, qui fonctionne comme un centre de connaissances. Il regroupe 1 000 ingénieurs, qui sont en charge de l’innovation pour le plus grand investisseur industriel en R&D d’Espagne. SEAT propose déjà la technologie de connectivité la plus récente dans sa gamme de voitures et s’est engagée à poursuivre un processus de numérisation global afin de promouvoir la mobilité du futur.


D'Ieteren s.a. 

Fondé en 1805, le groupe D’Ieteren vise, à travers plusieurs générations familiales, la croissance et la création de valeur en poursuivant une stratégie à long terme pour ses activités et en soutenant leur développement en tant que leader de leur secteur ou dans leurs géographies. Le groupe possède actuellement les activités suivantes :

  • D'Ieteren Auto distribue en Belgique les véhicules de marques Volkswagen, Audi, SEAT, Škoda, Bentley, Lamborghini, Bugatti, Porsche et Yamaha. La société a une part de marché d’environ 22 % et 1,2 million de véhicules en circulation. Le modèle économique de D'Ieteren Auto est en train d'évoluer pour offrir des solutions de mobilité plus fluides, plus accessibles et plus durables afin d'améliorer la vie des citoyens au quotidien. Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ont atteint respectivement 3,6 milliards d’euros et 119,0 millions d’euros en 2019.
  • Belron (54,85% des droits de vote) a un objectif clair : « faire la différence en s’impliquant avec un soin réel dans la résolution des problèmes des clients ». Leader mondial dans le domaine de la réparation et du remplacement de vitrage de véhicules, Belron opère dans 39 pays par l'intermédiaire d'entreprises détenues à 100 % et de franchises, avec des marques numéro un sur le marché – notamment Carglass®, Safelite® et Autoglass®. De plus, l'entreprise gère les demandes d’indemnisation concernant les vitres de véhicules et autres pour le compte des assureurs. Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ajusté ont atteint respectivement 4,2 milliards d’euros et 400,5 millions d’euros en 2019.
  • Moleskine (détenu à 100%) est une marque aspirationnelle invitant à l’exploration et l’expression d’un style de vie, qui regroupe toute une famille d'objets iconiques tels que le légendaire carnet Moleskine et des accessoires d’écriture, de voyage et de lecture, à travers une stratégie de distribution multicanal dans plus de 100 pays. Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ajusté ont atteint respectivement 163,9 millions d’euros et 18,6 millions d’euros en 2019.
  • D’Ieteren Immo gère les intérêts immobiliers du groupe D’Ieteren en Belgique. Elle possède et gère quelque 30 biens immobiliers qui ont généré des revenus locatifs nets de 19,7 millions d’euros en 2019. Elle est également chargée de projets d'investissement et d'étudier la possibilité de rénover certains sites. 

Information relative aux données personnelles et à leurs traitements:  www.dieteren.be/fr/privacypolicy