Des glaçons au système Climatronic

Des glaçons au système Climatronic

 

  • Le premier système de refroidissement automobile était un bac rempli de glace pour empêcher la surchauffe du moteur
  • Les vitres triangulaires étaient une solution innovante des années 1950
  • La 132 était le premier modèle SEAT avec climatisation installée en usine
  • De nombreux capteurs permettent au système Climatronic de la nouvelle Leon de maintenir en permanence la température sélectionnée dans les 3 zones de l’espace passagers

Les bulletins météo prévoient une vague de chaleur ou un été très chaud ? Dans les voitures telles que la nouvelle SEAT Leon, le système Climatronic à trois zones garantit au conducteur, au passager avant et aux passagers à l’arrière de toujours profiter de la température qu’ils ont choisie. Si le premier système de refroidissement automobile remonte à 1884, il n'était pas du tout destiné aux occupants. Il s’agissait d’une invention rudimentaire qui utilisait de la glace pour empêcher le moteur de surchauffer. Il faudra attendre encore un demi-siècle avant que quelqu’un ne commence à penser au confort des utilisateurs. Voici un petit passage en revue de l’histoire de la climatisation à travers quatre modèles SEAT.

SEAT 1400 : baisser la vitre. Même s’il était possible depuis les années 1940 d’installer un système de climatisation automobile basique breveté par l’Américain Willis Carrier, celui-ci coûtait environ 300 dollars, ce qui représentait une véritable fortune à l’époque. La méthode de rafraîchissement généralement utilisée était donc simple : baisser la vitre. La SEAT 1400 de 1953 possédait deux vitres triangulaires, appelées déflecteurs, dont la forme géométrique particulière orientait l’air principalement sur les mains et les bras du conducteur et du passager avant. Au niveau du plancher, l’air était aspiré par le radiateur si le chauffage était désactivé.

SEAT 132 : la climatisation installée en usine. La climatisation a vraiment décollé lorsque Nash Kelvinator est devenu le premier fabricant à se spécialiser dans ces systèmes qu’il fournissait à plusieurs marques automobiles. Un modèle SEAT 132 de 1973 a été la première SEAT sur laquelle la climatisation pouvait être montée en usine à la demande du client. La voiture possédait en outre des pare-soleil à la conception totalement inédite. Ceux-ci n'étaient pas articulés, mais rétractables dans le ciel de toit de la voiture. Elle était également dotée de pare-soleil latéraux, ce qui empêchait le soleil d’entrer par l’avant et par les côtés.

SEAT Ibiza de 2e génération : air frais et réglages multiples. L’Ibiza de 1993 était disponible avec un système de climatisation beaucoup plus avancé. Toutefois, il était encore impossible de régler une température. Le système rafraîchissait plus ou moins l’habitacle en fonction de la vitesse du ventilateur intérieur qui pouvait être régulée par l’utilisateur. Le système jouait également un rôle important en matière de sécurité, puisqu’il desséchait l’air à l’intérieur de la voiture, prévenant ainsi l’embuage du pare-brise.

Nouvelle SEAT Leon : Climatronic à 3 zones. « Le système Climatronic de la nouvelle Leon permet non seulement au conducteur, mais aussi au passager avant et aux passagers arrière de régler leur température idéale. Nous recommandons une température de 22 °C », explique Eva Villar, conceptrice de systèmes de climatisation chez SEAT. À l’aide de ses nombreux capteurs (température extérieure et intérieure, rayonnement solaire, pression atmosphérique et humidité), le système régule les éléments internes afin de maintenir la température choisie, quelles que soient les conditions extérieures. De plus, le système Climatronic peut être commandé à distance sur les modèles hybrides afin que la voiture soit à la température idéale lorsque les utilisateurs montent à bord. Par ailleurs, la fonction de capteur de la qualité de l’air intérieur détecte la présence d’une pollution excessive, ferme automatiquement les entrées d’air extérieur et passe à la recirculation de l’air intérieur. En même temps, le système Air Care purifie l’air et est même équipé d’un filtre antipollen.

Le futur. L’efficacité énergétique, les économies d’énergie, la qualité de l’air et la personnalisation sont les mots d’ordre de l’équipe Climate Control de SEAT. Dans quelques années, il sera possible d’intégrer un profil d’utilisateur au système, avec des données allant de la taille et du poids à la tenue vestimentaire, au métabolisme et aux routines quotidiennes. Le système apprendrait alors de chaque situation afin de toujours proposer le confort optimal.

SE20-47F - From ice cubes to climatronic (3p).pdf 576 KB SE20-47F - From ice cubes to climatronic.docx 47 KB

 

Dirk Steyvers PR & Content Manager SEAT & CUPRA, s.a. D'Ieteren n.v.

 

A propos de SEAT

Press room SEAT Import (Belgique) réservée à l'usage des journalistes.

Copyright: textes et photos libres de droits pour utilisation rédactionnelle - Toute autre utilisation des textes et des photos n'est pas autorisée

SEAT

SEAT est la seule entreprise qui conçoit, met au point, construit et commercialise des voitures en Espagne. Membre du Groupe Volkswagen, la multinationale a son siège social à Martorell (Barcelone), exporte 80 % de ses véhicules et est présente dans 80 pays sur les 5 continents. En 2019, SEAT a vendu 574 100 véhicules, soit le chiffre le plus élevé en 69 ans d’existence.

Le Groupe SEAT emploie plus de 15 000 professionnels et compte trois sites de production (Barcelone, El Prat de Llobregat et Martorell), où elle construit les très populaires Ibiza, Arona et Leon. En outre, l’entreprise fabrique l’Ateca en République tchèque, le Tarraco en Allemagne, l’Alhambra au Portugal et la Mii electric, le premier véhicule 100 % électrique de la marque, en Slovaquie.

La multinationale dispose d’un centre technique, qui fonctionne comme un centre de connaissances. Il regroupe 1 000 ingénieurs, qui sont en charge de l’innovation pour le plus grand investisseur industriel en R&D d’Espagne. SEAT propose déjà la technologie de connectivité la plus récente dans sa gamme de voitures et s’est engagée à poursuivre un processus de numérisation global afin de promouvoir la mobilité du futur.


D'Ieteren s.a. 

Fondé en 1805, le groupe D’Ieteren vise, à travers plusieurs générations familiales, la croissance et la création de valeur en poursuivant une stratégie à long terme pour ses activités et en soutenant leur développement en tant que leader de leur secteur ou dans leurs géographies. Le groupe possède actuellement les activités suivantes :

  • D'Ieteren Auto distribue en Belgique les véhicules de marques Volkswagen, Audi, SEAT, Škoda, Bentley, Lamborghini, Bugatti, Porsche et Yamaha. La société a une part de marché d’environ 22 % et 1,2 million de véhicules en circulation. Le modèle économique de D'Ieteren Auto est en train d'évoluer pour offrir des solutions de mobilité plus fluides, plus accessibles et plus durables afin d'améliorer la vie des citoyens au quotidien. Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ont atteint respectivement 3,6 milliards d’euros et 119,0 millions d’euros en 2019.
  • Belron (54,85% des droits de vote) a un objectif clair : « faire la différence en s’impliquant avec un soin réel dans la résolution des problèmes des clients ». Leader mondial dans le domaine de la réparation et du remplacement de vitrage de véhicules, Belron opère dans 39 pays par l'intermédiaire d'entreprises détenues à 100 % et de franchises, avec des marques numéro un sur le marché – notamment Carglass®, Safelite® et Autoglass®. De plus, l'entreprise gère les demandes d’indemnisation concernant les vitres de véhicules et autres pour le compte des assureurs. Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ajusté ont atteint respectivement 4,2 milliards d’euros et 400,5 millions d’euros en 2019.
  • Moleskine (détenu à 100%) est une marque aspirationnelle invitant à l’exploration et l’expression d’un style de vie, qui regroupe toute une famille d'objets iconiques tels que le légendaire carnet Moleskine et des accessoires d’écriture, de voyage et de lecture, à travers une stratégie de distribution multicanal dans plus de 100 pays. Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ajusté ont atteint respectivement 163,9 millions d’euros et 18,6 millions d’euros en 2019.
  • D’Ieteren Immo gère les intérêts immobiliers du groupe D’Ieteren en Belgique. Elle possède et gère quelque 30 biens immobiliers qui ont généré des revenus locatifs nets de 19,7 millions d’euros en 2019. Elle est également chargée de projets d'investissement et d'étudier la possibilité de rénover certains sites. 

Information relative aux données personnelles et à leurs traitements:  www.dieteren.be/fr/privacypolicy