De Martorell à la lune

De Martorell à la lune

  • Si elles étaient empilées verticalement, les quelque 400 000 voitures que SEAT a exportées l’année passée iraient au-delà de l’exosphère et pénètreraient dans l’espace
  • Les exportations de SEAT représentaient près de 3 % de l’économie totale de l’Espagne en 2019
  • La première vente à l’étranger a été enregistrée en Colombie en 1965
  • Sur les 80 marchés où la marque est actuellement vendue, la Nouvelle-Zélande est le plus lointain

S’ils étaient empilés verticalement, les 397 835 véhicules que SEAT a exportés en 2019 à partir de l’usine de Martorell formeraient une colonne de 577 km de haut, ce qui est suffisant pour aller au-delà de l’exosphère et atteindre l’espace. Ce volume d’exportation représente un record dans les 55 ans de vente internationale de la marque espagnole. Son histoire peut être résumée en six faits intéressants.

Premier arrêt, la Colombie. La première exportation de l’entreprise espagnole date de 1965, s’élevait à 150 SEAT 600 D et avait la Colombie pour destination. Dans les années qui ont suivi, les ventes internationales ont rapidement pris de l’ampleur. Des véhicules ont en effet été envoyés à diverses destinations, en Allemagne, en Finlande et au Chili par exemple.

Un PBI sur roues. Rien que l’année dernière, SEAT a exporté près de 400 000 unités (voitures de la marque espagnole et d’Audi) à partir de l’usine de Martorell. Un tel volume n’exerce pas uniquement une influence sur l’entreprise, mais sur l’économie espagnole tout entière. Selon les estimations, les exportations de SEAT représentent 3 % du total du pays (en 2019).

De Curaçao à la Nouvelle-Zélande. La marque est présente dans 80 pays, le plus lointain étant la Nouvelle-Zélande. Cependant, le problème logistique le plus épineux n’est pas la distance, mais bien l’envoi de voitures sur des marchés à faible volume, comme à Curaçao, en République dominicaine ou en Guyane française. Dans certains cas, les experts en logistique de SEAT s’appuient sur les synergies du Groupe Volkswagen pour compléter les cargaisons et les rendre plus rentables, même s’il ne s’agit que de quelques unités. En termes de volume, l’Allemagne est le plus grand marché international, suivi du Royaume-Uni, de la France, de l’Italie et du Mexique.

Par les terres, les mers et les airs. Afin de livrer ce volume, il est essentiel de recourir à tous les moyens terrestres, maritimes et ferroviaires. L’année dernière, 44 % des exportations de SEAT ont été réalisées par bateau, 6 % par train et le reste par la route. L’expansion mondiale de l’entreprise a dopé le transport maritime. En 2008, par exemple, la part du bateau représentait 7 %. Il est intéressant de noter que huit véhicules d’exposition ont été livrés par avion au Chili, l’un des nouveaux marchés de SEAT.

Un train juste pour SEAT. Le transport ferroviaire joue aussi un rôle majeur dans la distribution à partir du port de Barcelone. En effet, SEAT dispose d’une ligne exclusive, l’Autometro, qui relie chaque jour l’usine de Martorell et l’infrastructure portuaire. Des livraisons internationales rapides et efficaces sont ainsi garanties.

Prendre la haute mer. La destination la plus fréquente des bateaux au départ de Barcelone est le Royaume-Uni, aux ports de Sheerness, Grimsby et Tyne. Près de 3 000 véhicules quittent Barcelone par bateau.

Pour les exportations vers le Mexique, des bateaux mesurant jusqu’à 200 m de long sont utilisés. Ceux-ci peuvent contenir plus de 7 600 véhicules. Le poids de toutes les voitures qu’un tel bateau peut transporter équivaut à 1 800 éléphants d’Asie.

Contactez-nous
Dirk Steyvers PR & Content Manager SEAT & CUPRA, s.a. D'Ieteren n.v.
Dirk Steyvers PR & Content Manager SEAT & CUPRA, s.a. D'Ieteren n.v.
A propos de SEAT

Press room SEAT Import (Belgique) réservée à l'usage des journalistes.

Copyright: textes et photos libres de droits pour utilisation rédactionnelle - Toute autre utilisation des textes et des photos n'est pas autorisée

SEAT

SEAT est la seule entreprise qui conçoit, met au point, construit et commercialise des voitures en Espagne. Membre du Groupe Volkswagen, la multinationale a son siège social à Martorell (Barcelone), exporte 80 % de ses véhicules et est présente dans 80 pays sur les 5 continents. En 2019, SEAT a vendu 574 100 véhicules, soit le chiffre le plus élevé en 69 ans d’existence.

Le Groupe SEAT emploie plus de 15 000 professionnels et compte trois sites de production (Barcelone, El Prat de Llobregat et Martorell), où elle construit les très populaires Ibiza, Arona et Leon. En outre, l’entreprise fabrique l’Ateca en République tchèque, le Tarraco en Allemagne, l’Alhambra au Portugal et la Mii electric, le premier véhicule 100 % électrique de la marque, en Slovaquie.

La multinationale dispose d’un centre technique, qui fonctionne comme un centre de connaissances. Il regroupe 1 000 ingénieurs, qui sont en charge de l’innovation pour le plus grand investisseur industriel en R&D d’Espagne. SEAT propose déjà la technologie de connectivité la plus récente dans sa gamme de voitures et s’est engagée à poursuivre un processus de numérisation global afin de promouvoir la mobilité du futur.


D'Ieteren s.a. 

Fondé en 1805, le groupe D’Ieteren vise, à travers plusieurs générations familiales, la croissance et la création de valeur en poursuivant une stratégie à long terme pour ses activités et en soutenant leur développement en tant que leader de leur secteur ou dans leurs géographies. Le groupe possède actuellement les activités suivantes :

  • D'Ieteren Auto distribue en Belgique les véhicules de marques Volkswagen, Audi, SEAT, Škoda, Bentley, Lamborghini, Bugatti, Porsche et Yamaha. La société a une part de marché d’environ 22 % et 1,2 million de véhicules en circulation. Le modèle économique de D'Ieteren Auto est en train d'évoluer pour offrir des solutions de mobilité plus fluides, plus accessibles et plus durables afin d'améliorer la vie des citoyens au quotidien. Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ont atteint respectivement 3,6 milliards d’euros et 119,0 millions d’euros en 2019.
  • Belron (54,85% des droits de vote) a un objectif clair : « faire la différence en s’impliquant avec un soin réel dans la résolution des problèmes des clients ». Leader mondial dans le domaine de la réparation et du remplacement de vitrage de véhicules, Belron opère dans 39 pays par l'intermédiaire d'entreprises détenues à 100 % et de franchises, avec des marques numéro un sur le marché – notamment Carglass®, Safelite® et Autoglass®. De plus, l'entreprise gère les demandes d’indemnisation concernant les vitres de véhicules et autres pour le compte des assureurs. Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ajusté ont atteint respectivement 4,2 milliards d’euros et 400,5 millions d’euros en 2019.
  • Moleskine (détenu à 100%) est une marque aspirationnelle invitant à l’exploration et l’expression d’un style de vie, qui regroupe toute une famille d'objets iconiques tels que le légendaire carnet Moleskine et des accessoires d’écriture, de voyage et de lecture, à travers une stratégie de distribution multicanal dans plus de 100 pays. Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ajusté ont atteint respectivement 163,9 millions d’euros et 18,6 millions d’euros en 2019.
  • D’Ieteren Immo gère les intérêts immobiliers du groupe D’Ieteren en Belgique. Elle possède et gère quelque 30 biens immobiliers qui ont généré des revenus locatifs nets de 19,7 millions d’euros en 2019. Elle est également chargée de projets d'investissement et d'étudier la possibilité de rénover certains sites. 

Information relative aux données personnelles et à leurs traitements:  www.dieteren.be/fr/privacypolicy