Cinq questions et réponses sur les véhicules électriques

Cinq questions et réponses sur les véhicules électriques

  • D’ici 2030, les ventes de véhicules zéro ou basse émission devront représenter 40 % du volume total, selon la Commission européenne
  • L’autonomie et le rechargement des batteries soulèvent le plus de questions
  • SEAT lancera 6 nouveaux modèles électriques et hybrides rechargeables d’ici début 2021

Quelle est la différence entre un véhicule hybride et un véhicule hybride rechargeable ? Quelle est leur autonomie ? Où peuvent-ils être rechargés ? La voiture électrique est l’étoile montante du secteur automobile. En fait, les ventes pour cette motorisation ont grimpé de 58 % au cours des six premiers mois de l’année. Toutefois, ce nouveau système de mobilité soulève des questions chez les futurs utilisateurs. Les réponses se trouvent ci-dessous.

1. Quels types de véhicules électriques existe-il ?

Il existe trois types de véhicules, qui utilisent plus ou moins l’électricité. Tout d’abord, il y a l’hybride à deux moteurs (un moteur à combustion principal et un moteur électrique) : la batterie est rechargée lorsque le véhicule freine. Ensuite vient l’hybride rechargeable. Sa batterie se recharge lorsqu’elle est branchée. Enfin, il y a la voiture 100 % électrique, qui dispose d’un moteur exclusivement électrique et d’une batterie rechargeable. Selon la Commission européenne, les ventes de véhicules zéro ou basse émission (c’est-à-dire ceux qui émettent moins de 50 grammes de CO2 par kilomètre) devront représenter 40 % du volume total d’ici 2030. L’objectif est de 20 % d’ici 2025.

2. Où peuvent-ils être rechargés ?

Les points de recharge sont soit publics soit privés. Comme environ 70 % de toutes les recharges ont lieu à domicile ou au travail, D’Ieteren propose différentes solutions pour les recharges privées et professionnelles appelées Electric D’Ieteren Solutions. La plate-forme EDI donne aussi accès à un réseau composé de plus de 100 000 points de recharge dans 25 pays européens.

En outre, le réseau d’alimentation électrique grandit chaque jour. D’ici 2025, la Commission européenne prévoit d’augmenter le nombre de stations de recharge à 2 millions. Le temps de rechargement, lui, diminue progressivement. La SEAT el-Born, par exemple, aura une autonomie de 420 km après une recharge rapide de 47 minutes. L’installation de points de recharge ultrarapide permettra de recharger entièrement les batteries en seulement 10 minutes. Afin de faciliter les longs voyages, l’Europe disposera l’année prochaine d’un réseau de 400 stations de recharge rapide (350 kW) situées tous les 120 km.

3. Quelle est l’autonomie moyenne ?

La batterie permet une autonomie de 200 à plus de 400 km. Avec la SEAT el-Born, l’autonomie pourra atteindre 420 km, mais dépendra grandement de l’utilisation du véhicule. Contrairement aux véhicules équipés d'un moteur à combustion, les véhicules électriques consomment moins lors d’une conduite en ville. « Nous préparons actuellement une gamme de produits qui permettra de choisir l’autonomie selon l’utilisation probable du véhicule. Il y aura donc plusieurs capacités de batterie », indique Josep Bons, responsable du développement technique et électronique chez SEAT. À cet égard, SEAT lancera 6 nouveaux modèles électriques et hybrides rechargeables d’ici début 2021.

4. Un véhicule électrique peut-il atteindre le zéro émission ?

Par définition, les véhicules électriques ne rejettent aucune émission locale. En outre, ils sont plus durables du point de vue du cycle de vie total du véhicule : ils produisent entre 17 et 30 % d’émission en moins que les véhicules diesel ou essence. « Si la batterie est en plus rechargée par une source d’énergie durable, comme le vent ou le soleil, les émissions seront près de 90 % plus basses que celles d’un véhicule conventionnel tout au long de sa durée de vie », précise Josep.

5. Est-ce plus cher qu’un véhicule conventionnel ?

Les véhicules électriques sont de plus en plus abordables. En effet, SEAT et le Groupe Volkswagen se sont engagés à rendre les véhicules électriques accessibles à « des millions de personnes plutôt qu’aux millionnaires ». Les améliorations techniques contribuent à réduire le prix de ces voitures. Par exemple, le coût des batteries a diminué de 80 % au cours de la dernière décennie.

Un autre facteur est que le prix de l’électricité est nettement plus bas que celui de l’essence ou du diesel. Selon les estimations, entretenir une voiture électrique coûte seulement un tiers de ce que coûte l’entretien d’une voiture avec un moteur conventionnel. Enfin, des aides publiques ou des réductions de taxe sont possibles à l’achat d’un véhicule électrique dans la plupart des pays.

Chez SEAT, la démocratisation grandissante de tous les types de voitures électriques sera combinée à d’autres options durables, telles que le CNG (gaz naturel comprimé), afin de donner aux clients une solution de mobilité qui correspond à leurs besoins.

Contactez-nous
Dirk Steyvers PR & Content Manager SEAT & CUPRA, s.a. D'Ieteren n.v.
Dirk Steyvers PR & Content Manager SEAT & CUPRA, s.a. D'Ieteren n.v.
A propos de SEAT

Press room SEAT Import (Belgique) réservée à l'usage des journalistes.

Copyright: textes et photos libres de droits pour utilisation rédactionnelle - Toute autre utilisation des textes et des photos n'est pas autorisée

SEAT

SEAT est la seule entreprise qui conçoit, met au point, construit et commercialise des voitures en Espagne. Membre du Groupe Volkswagen, la multinationale a son siège social à Martorell (Barcelone), exporte 80 % de ses véhicules et est présente dans 80 pays sur les 5 continents. En 2019, SEAT a vendu 574 100 véhicules, soit le chiffre le plus élevé en 69 ans d’existence.

Le Groupe SEAT emploie plus de 15 000 professionnels et compte trois sites de production (Barcelone, El Prat de Llobregat et Martorell), où elle construit les très populaires Ibiza, Arona et Leon. En outre, l’entreprise fabrique l’Ateca en République tchèque, le Tarraco en Allemagne, l’Alhambra au Portugal et la Mii electric, le premier véhicule 100 % électrique de la marque, en Slovaquie.

La multinationale dispose d’un centre technique, qui fonctionne comme un centre de connaissances. Il regroupe 1 000 ingénieurs, qui sont en charge de l’innovation pour le plus grand investisseur industriel en R&D d’Espagne. SEAT propose déjà la technologie de connectivité la plus récente dans sa gamme de voitures et s’est engagée à poursuivre un processus de numérisation global afin de promouvoir la mobilité du futur.


D'Ieteren s.a. 

Fondé en 1805, le groupe D’Ieteren vise, à travers plusieurs générations familiales, la croissance et la création de valeur en poursuivant une stratégie à long terme pour ses activités et en soutenant leur développement en tant que leader de leur secteur ou dans leurs géographies. Le groupe possède actuellement les activités suivantes :

  • D'Ieteren Auto distribue en Belgique les véhicules de marques Volkswagen, Audi, SEAT, Škoda, Bentley, Lamborghini, Bugatti, Porsche et Yamaha. La société a une part de marché d’environ 22 % et 1,2 million de véhicules en circulation. Le modèle économique de D'Ieteren Auto est en train d'évoluer pour offrir des solutions de mobilité plus fluides, plus accessibles et plus durables afin d'améliorer la vie des citoyens au quotidien. Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ont atteint respectivement 3,6 milliards d’euros et 119,0 millions d’euros en 2019.
  • Belron (54,85% des droits de vote) a un objectif clair : « faire la différence en s’impliquant avec un soin réel dans la résolution des problèmes des clients ». Leader mondial dans le domaine de la réparation et du remplacement de vitrage de véhicules, Belron opère dans 39 pays par l'intermédiaire d'entreprises détenues à 100 % et de franchises, avec des marques numéro un sur le marché – notamment Carglass®, Safelite® et Autoglass®. De plus, l'entreprise gère les demandes d’indemnisation concernant les vitres de véhicules et autres pour le compte des assureurs. Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ajusté ont atteint respectivement 4,2 milliards d’euros et 400,5 millions d’euros en 2019.
  • Moleskine (détenu à 100%) est une marque aspirationnelle invitant à l’exploration et l’expression d’un style de vie, qui regroupe toute une famille d'objets iconiques tels que le légendaire carnet Moleskine et des accessoires d’écriture, de voyage et de lecture, à travers une stratégie de distribution multicanal dans plus de 100 pays. Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ajusté ont atteint respectivement 163,9 millions d’euros et 18,6 millions d’euros en 2019.
  • D’Ieteren Immo gère les intérêts immobiliers du groupe D’Ieteren en Belgique. Elle possède et gère quelque 30 biens immobiliers qui ont généré des revenus locatifs nets de 19,7 millions d’euros en 2019. Elle est également chargée de projets d'investissement et d'étudier la possibilité de rénover certains sites. 

Information relative aux données personnelles et à leurs traitements:  www.dieteren.be/fr/privacypolicy