SEAT améliore ses résultats de 56% en 2014

SEAT améliore ses résultats de 56% en 2014

Mercredi 18 mars 2015  

 

  • Résultat d’exploitation après imposition de – 66 millions d’euros

  • Chiffre d’affaires de 7,5 milliards d’euros, soit le meilleur résultat jamais enregistré par SEAT

  • L’entreprise a généré un excédent brut d’exploitation de 300 millions d’euros et une marge brute opérationnelle en hausse de 46%

     

    SEAT continue à se diriger avec détermination vers une croissance durable. L’augmentation des ventes enregistrée en 2014 a permis au constructeur de clôturer l’année sur un chiffre d’affaires qui totalise 7,497 milliards d’euros, soit 15,8% de mieux que le résultat de 2013 et le plus gros revenu de son histoire. Le résultat d’exploitation après imposition pour l’exercice fiscal 2014 est de – 66 millions d’euros, ce qui traduit une progression de 56% par comparaison avec 2013 (– 149 million).

« 2014 a été une étape décisive dans le processus qui vise à faire de SEAT une entreprise pérenne et rentable. Non seulement nous avons augmenté nos ventes par comparaison avec celles de l’année passée et enregistré nos meilleurs résultats depuis 2007, mais encore, nous avons réussi à déplacer le centre de gravité de la marque vers la Leon, un modèle synonyme de rentabilité plus élevée », s’est félicité Jürgen Stackmann, président du directoire de SEAT, lors de la présentation des résultats pour 2014.

Cette progression du chiffre d’affaires est principalement due à l’augmentation du volume des ventes. Le développement de marchés comme l’Allemagne, l’Espagne, le Royaume-Uni et l’Europe centrale, associé à une gamme de produits permettant une meilleure marge, a renforcé la tendance positive de l’entreprise. La Leon en particulier a connu un franc succès commercial : en 2014, 154.000 exemplaires en ont été livrés, soit 49,9% de plus que l’année précédente, le modèle devenant dans la foulée le plus vendu de la gamme et surpassant l’Ibiza pour la toute première fois. La croissance de la famille Leon a engendré en 2014 une amélioration du revenu moyen par véhicule, principalement grâce au succès immédiat du premier break compact de SEAT (la Leon ST), avec plus de 47.000 exemplaires vendus. Au cours des cinq dernières années, le revenu de l’entreprise a fait un bond de 61%.

L’an passé, SEAT a continué d’investir en R&D pour permettre le développement de sa gamme de produits et a consenti de lourdes dépenses en marketing pour renforcer la notoriété de la marque. Un amortissement accru et des frais de personnel plus élevés (principalement dus à l’intégration du personnel de la branche de pièces détachées SEAT Componentes) ont également eu un effet négatif sur les revenus. La concurrence en matière de prix sur les marchés d’Europe de l’Ouest a également affecté les résultats de SEAT. Malgré tout, le résultat opérationnel a progressé de 23% depuis 2013, pour atteindre – 167 millions d’euros*.

SEAT a augmenté sa capacité à générer des profits grâce à son activité principale. L’entreprise a amélioré de 36% son excédent brut d’exploitation, qui passe à 300 millions d’euros, portant sa marge brute opérationnelle à 523 millions d’euros, soit une hausse de 46%. Holger Kintscher, vice-président en charge des Finances et de l’Organisation, a souligné le fait que « SEAT continue à augmenter sa capacité à autofinancer ses investissements, consolidant ainsi l’entreprise financièrement. Après 2013, l’année passée a représenté une nouvelle étape positive importante pour le futur. » De ce point de vue, SEAT est résolument tourné vers l’avenir : en 2014, l’entreprise a réalisé des investissements et dépenses en R&D à hauteur de 457 millions d’euros. Ces cinq dernières années, elle a investi plus de 2,6 milliards d’euros.

 

Une formule à succès

La Leon est le modèle qui illustre le mieux la dynamique positive dont bénéficie actuellement l’entreprise. Le succès de cette voiture compacte a été accentué par les nouvelles versions qui ont progressivement fait leur apparition dans cette famille de modèles. Ce développement de la série est l’une des raisons qui expliquent l’augmentation de 10% des ventes globales de SEAT : 390.500 exemplaires en 2014. Vu les bons résultats obtenus, Jürgen Stackmann a souligné qu’il était temps d’appliquer le succès de la Leon au reste de la gamme.

Modèle emblématique de la marque, l’Ibiza est le deuxième pilier de SEAT. Elle a fêté ses 30 ans en 2014 et franchi le cap des 5 millions d’exemplaires vendus. En plus de ces deux modèles, la bonne progression de l’Audi Q3 a entraîné une hausse de la production à Martorell avec 442.677 exemplaires construits (+ 13,5%), le chiffre le plus élevé de ces douze dernières années.

 

De nouveaux engagements

L’augmentation des ventes et de la production a permis l’engagement de 800 nouveaux travailleurs, dont 350 se sont vu offrir un contrat à durée indéterminée dès janvier 2015. Le constructeur a ainsi conservé son statut d’employeur parmi les plus importants d’Espagne dans le secteur industriel. Montrant sa préoccupation pour la formation professionnelle des jeunes talents, SEAT a également engagé les 45 premiers étudiants formés selon le système de formation professionnelle en alternance lancé antérieurement, après qu’ils eurent achevé avec succès une formation de trois ans de niveau intermédiaire et obtenu les diplômes espagnol et allemand. Au total, l’entreprise a consacré 14 millions d’euros à la formation de son personnel l’an passé.

 

Tourné vers le futur

SEAT compte maintenir sa croissance en 2015. Au cours des deux premiers mois de l’année, SEAT a vu ses ventes mondiales augmenter de 7,5% par comparaison avec celles enregistrées en 2014 pour la même période, principalement grâce à la dynamique de marchés comme l’Espagne, l’Italie, le Royaume-Uni, l’Europe centrale et le Mexique. L’exercice fiscal en cours témoignera de la préparation au lancement du premier SUV de la marque, qui sera présenté l’année prochaine au Salon de Genève. Ce nouveau modèle est créé et développé au Centre technique de SEAT à Martorell, qui fête cette année son 40e anniversaire.

 

* SEAT est en train de préparer ses états financiers individuels suivant le Plan Comptable Général (PGC) espagnol, sans inclure ses filiales. Le Groupe Volkswagen applique les normes de comptabilité internationales (IAS/IFRS) et consolide les chiffres de la marque SEAT.