2016, année record pour SEAT

2016, année record pour SEAT

En 2016, SEAT a réalisé le meilleur résultat financier de son histoire, confirmant sa bonne santé actuelle. La marque espagnole a conclu l’année avec un bénéfice d’exploitation de 143 millions d’euros et un bénéfice après impôts de 232 millions d’euros. C’est la première fois depuis 2007 que SEAT termine une année avec des résultats positifs pour ces deux indicateurs, atteignant ainsi le bénéfice d'exploitation le plus élevé de son histoire.

Le bénéfice après impôts de SEAT est passé à 903 millions d'euros suite à la vente de la filiale VW Finance S.A. à Volkswagen AG. Cette opération, qui s'inscrit dans la stratégie du Groupe Volkswagen de réorganiser ses filiales financières au sein d'une seule société, a permis à SEAT de réaliser une plus-value de 671 millions d'euros. Cette vente a aussi permis à la marque d'améliorer sa situation financière après avoir injecté 590 millions d'euros pour compenser les pertes des années précédentes.

«Des niveaux de ventes plus élevés, une meilleure mixité des modèles et une optimisation des coûts nous mènent à la rentabilité. Nous sommes très fiers de notre bénéfice d'exploitation de 143 millions d’euros», a souligné le Président Luca de Meo. «SEAT est devenue une entreprise solide qui est passée de la reprise à une phase de consolidation. Et SEAT se prépare maintenant au développement et à la croissance. 2017 est une année très spéciale pour nous. L'Ibiza et l'Arona vont accélérer ce processus. Nous sommes prêts à emmener SEAT au niveau supérieur !»

 

Un chiffre d’affaires en hausse

Le chiffre d'affaires de SEAT pour 2016 s'établit à 8.597 millions d'euros, en hausse de 3,2% par rapport à l'année précédente. Une hausse qui s’explique notamment par le succès commercial de certains modèles (Léon et Alhambra) et l’arrivée de nouveaux comme l’Ateca, qui ont élargi la gamme. L'intégration du centre technique SEAT (CTS) dans la société mère a également eu un effet positif. Elle permet notamment une réponse plus efficace aux défis technologiques de demain. Sans oublier l'augmentation des activités de SEAT Componentes qui fabriquera en 2019 la nouvelle boîte de vitesses MQ281 du Groupe Volkswagen.

En 2016, SEAT a exporté 82,4% de sa production et s'est imposé comme la première entreprise industrielle exportatrice espagnole, avec 2,8% du chiffre total du pays.

Le lancement de l'Ateca, le tout premier SUV de SEAT, ainsi que le meilleur résultat commercial de la Leon et de l'Alhambra depuis leur lancement, ont conduit à une croissance des ventes pour la quatrième année consécutive, avec 408.700 véhicules écoulés. L'Ibiza a également contribué à ces beaux résultats, tout comme l’évolution positive dans certains pays comme l’Allemagne (+2,5%), la Pologne (+ 22,1%), la Turquie (+ 41,5%) ou encore l’Autriche (+ 12,9%).

 

Investissements record en R&D

Cette grande offensive produits (avec quatre nouveaux modèles pour 2016 et 2017) a également eu des répercussions sur les dépenses et les investissements en Recherche et Développement. Le constructeur y a injecté 47% de plus pour atteindre 862 millions d'euros, soit 276 millions de plus qu'en 2015. Ce chiffre représente 10% du chiffre d'affaires de la société. Depuis 2012, SEAT a investi 3 milliards d'euros en R&D, équipements et installations.

En 2016, SEAT a également augmenté sa capacité à générer des bénéfices grâce à son activité principale. La société a amélioré son BAIIDA (bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement) de 25% pour atteindre 489 millions d'euros.

«Les résultats de 2016 marquent un tournant et reflètent les efforts déployés ces dernières années», confirme Holger Kintscher, Vice-Président des Finances, de l’IT et de l'Organisation de SEAT. « Nos résultats et notre niveau d'investissement démontrent la force de l'entreprise d'un point de vue financier.»

Avec l’arrivée prochaine de la cinquième génération de l’Ibiza et de l’Arona, un nouveau crossover compact, SEAT va augmenter sa couverture du marché de 53% à 72% et donner un nouvel élan à ses ventes. Celui-ci se concrétise déjà avec une croissance à deux chiffres pour les deux premiers mois de l’année 2017 (+13,6%) et 64.000 modèles vendus.

 

Des projets internationaux

«Nous travaillons sur des projets d’internationalisation», explique encore le Président de SEAT Luca de Meo. «A partir de la seconde moitié de l’année, nous allons produire en Algérie. Toutes les Ibiza vendues en Algérie seront réalisées à Martorell, mais l'assemblage final aura lieu en Algérie, dans la nouvelle usine de l’importateur.»

L'un des objectifs que se fixe SEAT est de devenir une référence dans l'industrie en termes de connectivité et de mobilité intelligente. Pour ce faire, la société inaugurera le Metropolis: Lab Barcelona en avril, une installation 100% SEAT qui sera intégrée au réseau mondial de laboratoires numériques du Groupe Volkswagen.

Contactez-nous
Dries De Weert D'Ieteren NV
Dries De Weert D'Ieteren NV
A propos de SEAT

Press room SEAT Import (Belgique) réservée à l'usage des journalistes.

Copyright: textes et photos libres de droits pour utilisation rédactionnelle - Toute autre utilisation des textes et des photos n'est pas autorisée

SEAT

SEAT est la seule entreprise qui conçoit, met au point, construit et commercialise des voitures en Espagne. Membre du Groupe Volkswagen, la multinationale a son siège social à Martorell (Barcelone), exporte 80 % de ses véhicules et est présente dans 80 pays sur les 5 continents. En 2019, SEAT a vendu 574 100 véhicules, soit le chiffre le plus élevé en 69 ans d’existence.

Le Groupe SEAT emploie plus de 15 000 professionnels et compte trois sites de production (Barcelone, El Prat de Llobregat et Martorell), où elle construit les très populaires Ibiza, Arona et Leon. En outre, l’entreprise fabrique l’Ateca en République tchèque, le Tarraco en Allemagne, l’Alhambra au Portugal et la Mii electric, le premier véhicule 100 % électrique de la marque, en Slovaquie.

La multinationale dispose d’un centre technique, qui fonctionne comme un centre de connaissances. Il regroupe 1 000 ingénieurs, qui sont en charge de l’innovation pour le plus grand investisseur industriel en R&D d’Espagne. SEAT propose déjà la technologie de connectivité la plus récente dans sa gamme de voitures et s’est engagée à poursuivre un processus de numérisation global afin de promouvoir la mobilité du futur.


D'Ieteren s.a. 

Fondé en 1805, le groupe D’Ieteren vise, à travers plusieurs générations familiales, la croissance et la création de valeur en poursuivant une stratégie à long terme pour ses activités et en soutenant leur développement en tant que leader de leur secteur ou dans leurs géographies. Le groupe possède actuellement les activités suivantes :

  • D'Ieteren Auto distribue en Belgique les véhicules de marques Volkswagen, Audi, SEAT, Škoda, Bentley, Lamborghini, Bugatti, Porsche et Yamaha. La société a une part de marché d’environ 22 % et 1,2 million de véhicules en circulation. Le modèle économique de D'Ieteren Auto est en train d'évoluer pour offrir des solutions de mobilité plus fluides, plus accessibles et plus durables afin d'améliorer la vie des citoyens au quotidien. Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ont atteint respectivement 3,6 milliards d’euros et 119,0 millions d’euros en 2019.
  • Belron (54,85% des droits de vote) a un objectif clair : « faire la différence en s’impliquant avec un soin réel dans la résolution des problèmes des clients ». Leader mondial dans le domaine de la réparation et du remplacement de vitrage de véhicules, Belron opère dans 39 pays par l'intermédiaire d'entreprises détenues à 100 % et de franchises, avec des marques numéro un sur le marché – notamment Carglass®, Safelite® et Autoglass®. De plus, l'entreprise gère les demandes d’indemnisation concernant les vitres de véhicules et autres pour le compte des assureurs. Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ajusté ont atteint respectivement 4,2 milliards d’euros et 400,5 millions d’euros en 2019.
  • Moleskine (détenu à 100%) est une marque aspirationnelle invitant à l’exploration et l’expression d’un style de vie, qui regroupe toute une famille d'objets iconiques tels que le légendaire carnet Moleskine et des accessoires d’écriture, de voyage et de lecture, à travers une stratégie de distribution multicanal dans plus de 100 pays. Le chiffre d’affaires et le résultat opérationnel ajusté ont atteint respectivement 163,9 millions d’euros et 18,6 millions d’euros en 2019.
  • D’Ieteren Immo gère les intérêts immobiliers du groupe D’Ieteren en Belgique. Elle possède et gère quelque 30 biens immobiliers qui ont généré des revenus locatifs nets de 19,7 millions d’euros en 2019. Elle est également chargée de projets d'investissement et d'étudier la possibilité de rénover certains sites. 

Information relative aux données personnelles et à leurs traitements:  www.dieteren.be/fr/privacypolicy